Se sentir coupable et faire face a ses demons, notre chroniqueuse Joanie Pietracupa s’y attelle Afin de notre campagne

Se sentir coupable et faire face a ses demons, notre chroniqueuse Joanie Pietracupa s’y attelle Afin de notre campagne

Di?s que j’ai appris que Chatelaine et L’effet A lancaient sa campagne #byebyeculpabilite, J’me suis dit: «Let’s go!

C’est le temps d’effectuer face a tes demons et de partager avec beaucoup trop de monde tes plus grandes sources de culpabilite, aussi valables, ridicules ou insensees soient-elles, afin d’essayer de t’en debarrasser un coup pour toutes.»

Les voila donc, sans plus tarder, en rafale et dans le trouble.

  1. Je me sens coupable… de ne point repondre illico a un texto, a un courriel ou a un message, amical ou professionnel, dans Gmail, Tinder ou LinkedIn. C’est a croire que quelqu’un, quelque part, me paye pour jouer le role du propre attache comptables. Le pire? Je n’en retire rien, a part une simple boule de stress qui me suit partout, comme un chien de poche. Etrangement, je ne reponds presque jamais au portable ni a la a s’il s’agit d’un appel imprevu ou d’une visite surprise. Faut croire que je suis au calme occupe a me metamorphoser en vieille cat lady qui se mefie de bien et de tout un chacun. A 31 annees. Bravo!
  1. Je me sens coupable… de ne pas plus jouir du mode de vie actuel. Je suis jeune, travailleuse autonome, celibataire, ainsi, en prime, je gagne un nullement pire salaire. Je devrais avoir un super horaire, rempli de lunchs au milieu des copines et de tonnes de hot dates, voyager a toutes les quatre coins de l’univers et m’offrir des vacances de reve des que je sens la moindre fatigue, jamais vrai?